Avertir le modérateur

08/09/2010

Fête du vélo à Vandoeuvre

Une sortie supplémentaire dans le cadre de nos actions intégrées au projet sports à dépassement.

Lire la suite

11/12/2009

Revue de presse : Mobilisation dans la CC 66

Midi Libre

Édition du vendredi 11 décembre 2009
Nimes. HIER SECTEUR MÉDICO-SOCIAL Des personnels manifestent devant la direction départementale du Travail


HIER
SECTEUR MÉDICO-SOCIAL Des personnels manifestent devant la direction départementale du Travail Une vingtaine de responsables syndicaux (CGT, Sud, CNT) et de salariés du médico- social se sont rassemblés, hier entre midi et deux, devant l'entrée de la direction départementale du Travail, rue Antoine- Blondin, suite à un mot d'ordre national de mobilisation et de grève. Pareils rassemblements ont été organisés en France afin de peser sur les négociations syndicats- employeurs qui reprenaient hier, sous l'égide du ministère du Travail. Les salariés, qui ont obtenu le maintien de leur convention collective, dénommée CC 66, que les employeurs envisageaient de dénoncer, redoutent aujourd'hui que celle-ci ne soit vidée de sa substance par les négociations en cours. Photo William TRUFFY
http://www.midilibre.com/articles/2009/12/11/NIMES-HIER-S...

Ouest France

Alençon

091210142649598_38_001_apx_470__w_ouestfrance_.jpg

Les salariés du social inquiets de la remise en cause de leur convention collective

Social jeudi 10 décembre 2009

À l’appel des syndicats Sud, CGT et CFTC et d’un collectif ornais syndiqués-non syndiqués, 250 salariés du secteur social ont bloqué, ce matin, le siège social de l’association Anaïs, à Alençon. Ils entendaient ainsi protester contre les nouvelles propositions patronales visant à revoir la convention collective 66. Ils les jugent comme « une nouvelle provocation.?»

Et de citer entre autres, la fin du caractère national de cette convention, l’individualisation du salaire, la diminution du déroulement de carrière, la suppression des congés d’ancienneté et trimestriels, l’embauche de salariés sans qualification… Des propositions qui pour eux « ont pour but de réduire le coût du travail mais qui auront comme conséquences d’appauvrir la qualité d’accompagnement auprès des usagers.?»

Dans l’Orne 3500 salariés de 70 établissements sont concernés par la CC66. Le rassemblement de jeudi ne s’est pas tenu par hasard devant le siège de l’Anaïs. Son directeur général est l’un des représentants des syndicats patronaux qui siègent aux commissions nationales paritaires. Une réunion se tenait le même jour à Paris.

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Les-salaries-du-soc...

25/11/2009

Compte-rendu du Forum Parentalité dans l'Est Républicain du 25 novembre 2009

Tout est dans le titre !

La communication avec les jeunes

Trois associations de proximité ont organisé un forum autour de la parentalité. Il a débuté par une rencontre avec les collégiens.

Le forum sur la parentalité a débuté vendredi au sein de l'amphithéâtre du lycée Cal­lot par une rencontre avec 4 classes des trois collèges de Vandoeuvre, Haut-de-Pe­noy, Montplaisir et Callot. Cette manifestation était portée par trois associations (Nomade, Réponse et Vivre Dans la Ville) dont les ac­tions dans le domaine de la parentalité sont très couran­tes. « C'est au regard du constat que ces dernières années on entend beaucoup par­ler des difficultés qu'ont les adultes et les parents à comprendre les adolescents que ce projet d'action commune est né. De nombreux conflits viennent de ces difficultés, nous pouvons apprendre à nous exprimer différemment car personne n'est expert dans ce domaine», expli­quent les organisateurs.

Groupes de paroles

Il s'agissait véritablement d'une première que ce forum sur la parentalité financé grâce au soutien du REAAP, de la CAF, de la DASS et du Conseil général. Mme Cha­lendre cite l'exemple d'une classe du collège Montplaisir déjà engagée dans un groupe de paroles : « C'est une clas­se qu'on savait difficile et grâce à cette action on a constaté de vrais change­ments de comportements ». Près de 90 élèves ont donc participé à la première par­tie du forum. Pour l'animer, les associations avaient fait appel à Dominique Dema­ria, praticienne, formatrice en communication relation­nelle et médiatrice familiale. «Il ne s'agit en aucun cas d'une conférence mais d'un temps de partage interactif et dynamique pour échanger de façon ouverte et bien­veillante», a souligné d'em­blée l'intervenante. Les collé­giens de troisième se sont montrés très attentifs. A la grande joie de leurs profes­seurs, les élèves très intérés­sés qu'ils étaient par la mise en situation des relations proposée par Dominique De­maria ont participé active­ment. Les mises en scène se sont succédé : une ado annon­çant à sa mère qu'elle était enceinte, un ado parlait d'honneur, de violences autant physiques que verba­les, ...

Le respect de l'autre

« Au départ ils étaient un peu hésitants mais après ils se sont confiés, évoquant par­fois des expériences person­nelles, leurs relations avec leurs parents, réclamant sou­vent plus de confiance ou da­vantage d'écoute pour échan­ger par exemple sur la sexua­lité ... », glissait Astira, édu­catrice à la MJC Nomade, qui anime également des groupes de paroles avec l'école du Charmois. Une règle pour une relation saine : ne pas juger et respecter l'au­tre. Sur scène Dominique De­maria utilise une écharpe qui symbolise le lien entre deux personnes, la relation et les émotions mais aussi les messages qui passent par cet objet. «J'ai essayé de leur ex­pliquer c'est quoi une rela­tion, où vont les mots, qui blessent. A la fin je leur ai de­mandé de m'écrire un mot ca­deau sur un morceau de pa­pier et les élèves ont délivré 64 messages positifs». Pour cette médiatrice relationnel­le, il convient d'identifier ses peurs dans sa relation à l'autre, de les verbaliser et de positiver. «On accuse trop facilement l'autre de tous les maux, il faut revenir à soi et se positionner dans le respect de soi. Ainsi on en­grange beaucoup d'éner­gie». Elle cite l'exemple de la punition qui prise sur le coup de la colère est toujours disproportionnée alors que la sanction est, elle, une déci­sion réfléchie. L'intervenan­te s'appuie sur la méthode Espere développée par Jac­ques Salomé. Elle s'est no­tamment appuyée sur les boî­tes à désirs déposées par les associations en avril et qui posaient deux questions : «ce que j'aimerais faire - et - dire à mes parents ? »

11/11/2009

Compte rendu d'une sortie chez Arlette Gruss (Article de l'Est Républicain du 7 novembre 2009)

 

fetes-cirque-00008.gif

L'Est Républicain 7 novembre 2009

 

Sous le plus beau chapiteau du monde

 

Une journée au cirque qui restera dans toutes les mémoires

 

L'autre vendredi, les adhérents de la MJC Nomade, de Vivre dans la Ville et de Ré­ponse ont pu vivre une journée féerique sous le chapiteau du cirque Arlette Gruss.

En effet, les trois structures s'étaient réunies pour organiser cette sortie. «Nous avons profité de la venue de ce cirque pour allier nos trois structures et permettre à nos adhérents de participer à une belle sortie à moindre frais. La CAF, le Conseil Général et le Contrat Urbain de cohésion sociale sont nos sources de fnancements et les familles ont ainsi une toute petite part à  verser. Elles donnent aussi de leur temps, puis­qu'elles ont confectionné des gâteaux pour le goûter du retour », explique Irène Ponté de Vivre dans la Ville.

«Notre but en nous. Rassemblant à plusieurs est de pouvoir accompagner les familles dans des actions qu'elles n'ont pas l'habitude de faire. Nous trouvons que l'accès à la culture n'est pas assez développé. Se rendre à la Médiathèque, au CCAM, aller voir des expositions n'est pas naturel pour nos adhérents. Ainsi en organisant de telles sorties et en les accompagnant dans ces démarches, nous espérons que la culture ne sera plus réservée un public d'initiés, mais bel et bien intégré dans le mode de vie de nos familles», explique Dominique Simonin de Réponse. D'autres projets sont à l'étude et deux journées, les 20 et 21 novembre, vont être dédiées aux relations parents/adolescents, animées par Dominique Demaria, médiatrice relationnelle de Gennevilliers.

Des boîtes à désirs ont été disséminées dans la ville depuis mai dernier, les parents et les ados ont alors pu y déposer leurs questions ou témoignages sur la relation parents-ados.

 

Photo 003.jpg

 

fetes-cirque-00014.gif

29/06/2009

Compte-rendu d'une scène Hip-hop dans l'Est Républicain du 29 juin 2009

Arts et spectacles (L’Est Républicain 29 juin 2009)

 

Le hip-hop ouvre le bal

 

Après quelques heures d'in­certitude, le soleil était fina­lement exact au ren­dez-vous pour la première manifestation de la semaine des cultures urbaines, une opération qui met en avant les pratiques artistiques, culturelles et sportives is­sues de l'espace urbain.. Ses rayons baignant la pla­ce du Benelux, la petite cen­taine de Vandopériens.pré­sents a pu assister, dans les meilleures conditions possi­bles, aux prestations d'une dizaine de groupes locaux pour qui le slam n'a plus de secret.

«Le slam, c'est tout simple­ment de la poésie où l'interprète joue avec les mots sur un fond musical », expli­quait Fabien Patrocinio, éducateur à Vivre dans la ville (VDV). «Cette scène ouverte, que l'on organise avec la municipalité, donne le coup d'envoi de la semai­ne des cultures urbaines. Grâce à ce concert, on veut promouvoir la musique hip-hop mais surtout dé­montrer que les jeunes Vandopériens, à qui on fait confiance, ont du talent et du potentiel. Pour eux, c’est aussi l'occasion, de prendre la parole et de faire passer leur message grâce aux tex­tes de leurs chansons

Fabrice Salzard, un autre animateur à VDV, s'est quant à lui collé aux plati­nes afin d'accompagner musicalement les différents MC (maître de cérémonie). Les groupes l'Etoile, Ricky B, Lisko, Double Conscien­ce, Phénoman, ABI et les danseuses de D'Armany P ont ainsi fait partager, au public extrêmement jeune, leur passion pour la culture hip-hop. «On espérait tout de même voir un peu plus de monde pour cette manifesta­tion », avoue Fabien Patroci­nio. «C'est forcément un peu décevant. Les caprices de la météo, en début d’après-midi sont certainement pour beaucoup.»

 

­En tout cas, Nadia Lahrach et Rachid Sekkour, adjoints à la ville, étaient bel et bien présents, portant, les tee-shirts et les bracelets qui seront distribués toute la semaine aux participants de cet événement. En préambule à ce concert, VDV avait mis en place différents ate­liers afin de sensibiliser la population au graff (art gra­phique) et au slam.

 

Photo 004.jpg
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu