Avertir le modérateur

16/12/2010

Un éducateur auteur amateur

Comment une formation à la bibliothèque municipale de Vandoeuvre permet à un éducateur de voir un de ses textes publié par 3 éditeurs différents ?


Je relate ici tous les concours de circonstance qui m'ont permis, éducateur sans appétence particulière pour l'écriture, de me mettre un jour par pur hasard à écrire des contes africains et à atteindre une certaine reconnaissance. Je me suis fait éditer pour le même reccueil par 3 maisons d'édition, mes contes ont été illustrés par 2 illustratrices professionnelles, mon livre a été préfacé par Gilles Perrault, j'ai été invité à des salons du livre (Le livre sur la place de Nancy et le salon du livre jeunesse de Montreuil), j'ai fait des interventions dans des écoles et des associations, mon travail a été reconnu par un jury de libraires et bibliothécaires de Seine-Saint-Denis, mes contes sont utilisés dans des manuels scolaires....

 

Educateur à Vandoeuvre, j'ai participé à une formation de conteurs amateurs, organisée par la bibliothèque municipale de Vandoeuvre, en 1997.

Chaque membre du groupe devait choisir trois contes parmi une trentaine proposée par la formatrice, se les approprier pour les raconter aux autres membres du groupe.

Parmi les textes que j'avais choisis, outre "Les deux épouses" conte de Nasr Eddin et "Papa kiot, maman kiot et les petits kiotons", il y avait "Le pantalon de Moriba. Je l'ai lu relu, et relu à nouveau afin de tenter d'y mettre le ton, et je me suis mis en situation en contant l'histoire à mes enfants avant de l'utiliser auprès d'enfants à Vandoeuvre dans nos animations de quartier.

Etourdi, j'ai égaré le texte initial et je l'ai réécrit à partir de mes souvenirs avec mon vocabulaire en tentant de rester le plus près possible du texte de base.

Parallèlement, il m'arrivait fréquemment de lire à mes enfants Nedjma (1 an) Narymane (4 ans) et Farès (8 ans) des histoires tirées d'un livre de leur bibliothèque : "Le petit chaperon bouge" de Jean-Loup Craipeau illustrations de Clément Oubrerie. Il s'agissait d'un recueil issu du petit chaperon rouge coupé en deux avec 11 débuts d'histoires et 11 fins combinables à souhait dans la collection Histoires masquées d'Hachette jeunesse.

Ils présentaient leur collection de la façon suivante :

Un conte peut en masquer un autre...

Suivant cette idée, je me suis amusé à utiliser le même principe pour raconter des histoires à mes enfants.
J'ai écrit tout d'abord 3 débuts et 3 fins , puis 4, puis 5, jusquau résultat final, c'est-à-dire 11.

N'étant pas illustrateur, je me suis débrouillé comme je pouvais avec paint. Le résultat n'était pas très concluant mais mes proches ont été indulgents.


En jouant avec ce livre de 24 pages, découvrez 121 variations sur le petit chaperon rouge qui bouge.

J'ai ensuite accueilli Lidia, une stagiaire de 4ème, dans mon travail. Lidia, à qui j'expliquais que je souhaitais raconter ces histoires au cours de nos animations de quartier, a effectué des illustrations.

Encouragé par ma famille, j'ai ensuite retravaillé les textes, et les illustrations, tout en créant de nouveaux contes de telle sorte que chaque début d'histoire puisse être associé à chaque fin. On arrivait finalement à 121 contes différents.

Après avoir terminé, ce que je pensais être le livret final, je le fis lire à mon entourage qui trouva ces associations de contes sympathiques.
Ils m'encouragèrent à tenter de le faire éditer, estimant que c'était tout à fait envisageable en l'améliorant un peu et au vu des efforts et des heures de travail que cela m'avait demandé.
Je me mis donc en quête d'un éditeur, en adressant ce "manuscrit" à des dizaines de maisons d'édition, de la plus petite à la plus renommée, commettant quelques bévues. Un éditeur me répondit par exemple qu'il n'acceptait pas de textes profanes. Sinon la majorité des réponses que je reçus étaient du type : "Votre recueil de contes est intéressant, mais il ne rentre dans aucune de nos collections actuelles."
Je me rendis à la bibliothèque municipale de Nancy et empruntai tous les ouvrages relatifs à la recherche d'éditeurs.
Militant à Ras l'front, j'avais croisé à plusieurs reprises Gilles Perrault à qui je demandai s'il accepterait de préfacé l'ouvrage si par bonheur je réussissais à me faire éditer. Gilles accepta immédiatement. J'adressai donc des dizaines de courriers de ce type dans toutes les directions.

Au bout du compte, les éditions du forum de l'IRTS, qui d'habitude ne publiaient que des ouvrages de sciences sociales, acceptèrent d'éditer "Le pantalon de Moriba" en proposant à Sylvaine Beck, une dessinatrice qui travaillait chez eux d'en faire les illustrations. Il faut dire que j'étais un ami du directeur du forum. Comme quoi le réseau ou "piston", ça a parfois du bon quand nous en sommes les bénéficiaires.
Le texte fut retravaillé avec le concours de Nicole Granger, personnalité incontournable de tout ce qui a trait au livre sur Nancy, et Claude André de la librairie l'Autre Rive à Nancy.
Le texte fut amélioré, épuré de ses éléments les plus engagés, mais il resta l'essentiel et les illustrations m'enthousiasmèrent.

1174287578.jpg

2 fois épuisé, éditions du Forum de l'IRTS, puis chez l'Harmattan, l'ouvrage reparaît aujourd'hui chez un nouvel éditeur "Petit à Petit", avec une nouvelle illustratrice Laurence Clément et en plus grans format.
Bonne lecture...
Une présentation plus complète se trouve sur mon blog : http://livrespourenfants.20minutes-blogs.fr et sur celui de Laurence Clément : http://clementl.canalblog.com/

MORIBA.jpg

Commentaires

Je suis fan! Et mes enfants aussi..

Écrit par : Iris | 25/12/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu